Historique de St-Luc


En ce temps-là, parut un décret de l'évêque de Saint-Hyacinthe ordonnant qu'une portion du territoire dans les limites nord de la ville de Granby devienne paroisse qui porterait le nom de Saint-Luc.

Ce décret eut lieu en l'an de grâce 1960, année où toute la province de Québec, en Canada, basculait hardiment dans la Révolution tranquille et où le bon pape Jean XXIII allait secouer toute l'Église et le monde entier par l'annonce d'un Concile.

Puis, à l'été de cette même année, vint un curé, l'abbé Bérubé, pour célébrer -à l'école St-Marc- les premières messes et faire élire les premiers marguilliers.

La construction du temple

Bénédiction des travaux

Dès septembre, en cette même année, le curé fondateur et les Anciens -qu'on appelle marguilliers- adressèrent à l'évêque, au nom du peuple, une requête à l'effet de pouvoir construire une église-sacristie-presbytère.

En février de l'an suivant, une maquette fut présentée aux paroissiens. Et en juin 61, tout le peuple convoqué en assemblée, content que l'évêque, pour sa part, ait déjà approuvé, ratifia toutes décisions prises par le curé et les marguilliers concernant la construction.

Édification de la charpentePendant un an, sous le contrôle de l'architecte Laurent St-Pierre et des ingénieurs André Labrecque et 'Deguise et Dupras', une foule d'ouvriers travailla d'arrache-pied à l'érection de ce magnifique monument.

On construisit un temple pouvant loger huit cents fidèles, de même qu'un presbytère pour loger le curé, trois vicaires et tout le personnel.



Une dalle de béton de 66 pieds de largeur forme la nef qui apparaît sans obstruction, de telle sorte que tous les assistants peuvent participer à l'aise au saint Sacrifice.

L'autel, placé au centre du choeur, permit, dès le début, de célébrer la messe face au peuple, comme venait tout juste d'en décider le Concile.

L'immense nef complètement dégagée trouve son pendant au sous-sol qui, lui aussi, est libre de toute colonne et parfaitement éclairé.

Construction de l'égliseDes arcs en acier forment la voûte qui se prolonge sans interruption de l'arrière à l'avant de l'église.

Les matériaux utilisés pour les murs sont le verre, la pierre et le bois. Les deux premiers sont froids d'apparence, mais cette austérité voulue ne distrait pas la foule qui concentre son attention sur le choeur fait de chêne et de noyer et sur lequel se détache l'autel en marbre blanc.

Les travaux complétés (au coût de $ 344,000), l'autel fut consacré, comme il se doit, le 2 juillet 62, et l'église solennellement bénite par l'évêque, la même année, en septembre, avant d'être consacrée par Mgr Langevin, le 20 octobre 85, pour souligner les 25 ans d'existence de la paroisse.

Le choix des apôtres

Cinq curés se sont succédés, en la paroisse, depuis sa fondation: l'abbé J. Théophile Bérubé (60 à 65), l'abbé Maurice Déry (65 à 82), l'abbé Gilles Mathieu (82 à 89), l'abbé Yvan Matton (89 à 95), puis l'abbé Claude Lamoureux (95 à ce jour).

J. Théophile Bérubé Maurice Déry

Gilles Mathieu Yvan Matton Claude Lamoureux


Il y eut aussi quelques vicaires à temps plein, dans les débuts, dont l'abbé Guy Lemaire, le premier, à compter de juillet 61.

On ne saurait compter les nombreux vicaires dominicaux qui, tour à tour, sont venus prêter main-forte au curé. Sans oublier l'aide de notre diacre permanent et des nombreux laïcs dont l'engagement précieux nous réjouit.

Depuis la mi-août 2002, la paroisse St-Luc forme une Unité Pastorale avec la paroisse St-Joseph ainsi qu'avec la paroisse anglophone St. Patrick's. L'abbé Claude Lamoureux a été nommé modérateur de l'Unité.

La venue des cloches

l'installation des cloches

En l'an du Seigneur 1995, pour souligner joyeusement les 35 ans de vie paroissiale, on fit venir de France, au printemps, cinq cloches pesant en tout 2957 livres (presque deux tonnes et demie: de 1164 lbs à 347 lbs). On en fit la bénédiction, l'installation et l'inauguration dès le mois de juin.

Par leurs joyeux Sol-Do-Ré-Mi-Fa, elles remplacent allégrement les haut-parleurs, diffusant jusqu'alors un enregistrement sur disque, pour convoquer le peuple à la prière et lui souligner toutes sortes d'événements.

Elles sont à l'effigie de la Sainte Famille, du Saint Esprit, de Saint Luc, de Saint Joseph et de la Sainte Vierge. Et elles sont dédiées respectivement (dans le même ordre) aux paroissiens, aux curés et marquilliers actuels et anciens , aux bénévoles, aux malades et aux bâtisseurs de l'avenir. Ces dédicaces se veulent autant d'hommages, de remerciements et d'encouragements à tous ces gens qui ont fait et qui font la vie d'ici.

La vie du peuple

Et pendant toutes ces années, tout le bon Peuple de Saint-Luc bat son train-train quotidien, fait de travaux, de loisirs, de joies, de peines, avec son lot de baptêmes, de mariages, de funérailles, de prières et célébrations liturgiques, d'initiations chrétiennes, d'assemblées de Fabrique, de rencontres, de conseils de pastorale, ...


La paroisse St-Luc dans les années '60

 

 


Retour à l'index de l'historique des paroisses




Adresser vos suggestions ou commentaires à unite-stjlp@netcourrier.com.
Retour à la page d'accueil unite-stjlp.qc.ca.