Maurice Zundel
et la pauvreté

Maurice Zundel (1897-1975), prêtre et théologien catholique d'origine suisse, fut aussi un mystique dont l'influence continue à se faire sentir de nos jours. Son discours, encore très actuel pour notre monde d'aujourd'hui, parvient à interpeller autant les croyants que les non-croyants. S'il a réussit, durant sa vie, à rejoindre tant de gens et s'il continue toujours de le faire à travers les écrits et les témoignages qu'il nous a laissés, c'est sûrement parce que sa foi avait une dimension très incarnée. La pauvreté, la misère et l'injustice sociale étaient d'ailleurs pour lui de grandes préoccupations. La méditation qui suit, certes dérangeante mais ô combien interpellante, adressée par Maurice Zundel au Cénacle de Paris le 22 janvier 1966, nous démontre jusqu'à quel point il s'agissait d'un homme et d'un croyant tout à fait exceptionnel.

"Comment ne pas se sentir mal à l'aise dans cette religion qui donne aux consciences un apaisement illusoire, qui donne une bonne conscience à des gens qui sont des privilégiés et qui confisquent - sans y penser d'ailleurs et sans le vouloir - des ressources qui appartiennent aux autres? Comment ne pas se sentir mis en question?

Car il ne peut y avoir un Dieu unique s'il y a deux humanités. S'il y a deux humanités, s'il y a une humanité qui commande et l'autre qui obéit, s'il y a une humanité qui mange et l'autre qui ne mange pas, une humanité qui est à l'abri et l'autre qui est exposée à tous les risques, ce n'est pas le même Dieu qui peut couvrir ces deux humanités. Nécessairement, celle qui est fort démunie, si l'autre affirme Dieu, ne peut que Le rejeter; ce ne peut être son Dieu.

Et si je le dis, c'est parce que je le vis, c'est parce que tous les jours je me sens remis en question par la misère, parce que tous les jours, je me demande pourquoi j'ai un toit et pas les autres, pourquoi je peux manger et pas les autres. Aussi peu que ce soit, je suis assuré de ce dont j'ai besoin. Pourquoi pas les autres? Pourquoi?…

Il faut que tous les [êtres humains], puisque chacun porte en soi la même possibilité, puissent accéder à la même découverte, puissent également devenir origines et créateurs. Cela suppose de notre part un dépouillement effectif, un effort efficace et sans cesse renouvelé pour transformer les structures jusqu'à ce que la pauvreté soit abolie. Il faut en arriver là…"


(cité dans Claire Lucques, Maurice Zundel, esquisse pour un portrait, p. 46s).

Réf.:
LATTEUR, Emmanuel. Les minutes étoilées de Maurice Zundel: l'éveil à la présence, Québec, Éd. Anne Sigier, 2001, page 79.




Retour à la liste des textes



Adresser vos suggestions ou commentaires à unite-stjlp@netcourrier.com.
Retour à la page d'accueil unite-stjlp.qc.ca.