L'Épiphanie: fête de la famille humaine


La fête du 6 janvier est celle de la visite des mages. Il s'agit de personnages qui sont associés à des sages. Rappelons que la définition de sagesse, à l'époque, ne correspond pas totalement à la nôtre. La sagesse, à l'époque de Jésus, correspondait davantage à notre concept de connaissance. En ce sens, les mages sont des lettrés exerçant l'astrologie. Au temps de Jésus, on croyait que les phénomènes célestes constituaient la réalité première. Les événements terrestres reflétaient ce qui se produisait dans le ciel. Ainsi, on croyait qu'une étoile apparaissait à chaque naissance. Une étoile plus lumineuse manifestait un appel, une vocation plus singulière. Or ces mages - qui sont devenus des rois mages dans la tradition chrétienne subséquente- interprètent ces signes astraux.

Par le récit des mages, Matthieu insiste sur le fait que les païen-ne-s de toutes les nations sont convié-e-s à vivre selon la dynamique du Christ. Cette invitation s'adresse à toutes et à tous qui expérimentent fondamentalement une même relation à l'Absolu. La traduction religieuse de cette expérience dépend, pour une large part, de la culture.

En résumé, l'auteur de l'évangile de Matthieu nous rappelle que nous, êtres humains, sont les membres d'une seule et même famille. Le récit des mages est une invitation du Christ à construire le Règne de dignité, d'égalité et de justice avec l'ensemble de l'humanité. Celle-ci est appelée à reconnaître son unité dans la diversité comme une force de vie et d'amour.

Patrice Perreault, agent de pastorale





Retour à la liste des textes


Adresser vos suggestions ou commentaires à unite-stjlp@netcourrier.com.
Retour à la page d'accueil unite-stjlp.qc.ca.