L’intervention de l’État est-elle nécessaire?







Depuis l’élection d’un nouveau gouvernement, certaines personnes questionnent le modèle d’intervention étatique qui existe, sous diverses modalités, depuis près de quarante ans. Par exemple, un certain discours préconise le retrait de l’État pour permettre aux «lois du marché» d’opérer sans aucune entrave. Selon cette pensée, le mécanisme du marché, par la poursuite des intérêts individuels, assurerait, en harmonisant, le bien-être collectif. On y retrouve les affirmations des chantres de la «mondialisation économique». Tenir te telles propositions ne constitue-t-il pas un retour de 300 ans dans le passé?

Cette question porte sur les prémisses de l’économie de marché car au moment où ses principes ont vu le jour, on croyait que les réserves de matières premières étaient inépuisables et que la Terre pouvait absorber la pollution. Malheureusement trois siècles de développement ont démontré l'impasse du seul libre-marché pour régir les sociétés. Sans aucune intervention de l'État, l'économie s'effondrerait rapidement.

De plus, l'histoire récente des dix-neuvième et vingtième siècles a démontré que le laisser-faire économique ne fait qu'aggraver les situations d'appauvrissement en maximisant la concentration des richesses aux mains d’une minorité de plus en plus restreinte tant dans les pays du Nord que dans les nations du Sud.

Sommes nous contraintEs à ce «réalisme» qu’on nous martèle sans cesse? Si l’économie de marché s’appuie sur des principes précis, il est sans doute possible de construire une autre économie fondée sur la rencontre des besoins des personnes et des communautés. Certes, c’est un renversement de la tendance économique actuelle qui se base sur la croissance économique engendrant la pauvreté et la destruction des écosystèmes planétaires.

Est-ce utopique? C'est possible. Mais ce rêve d’un monde meilleur plus égalitaire, plus pacifique, plus humain où chacunE puisse apporter sa contribution au devenir de l’humanité n’est-elle pas préférable à «apartheid» économique? Comme communautés humaines, le choix nous appartient de marcher en direction de cette utopie.

Patrice Perreault,
agent de pastorale





Retour à la liste des textes


Adresser vos suggestions ou commentaires à unite-stjlp@netcourrier.com.
Retour à la page d'accueil unite-stjlp.qc.ca.