Faut-il attendre les revenants?


Qui de nous, un jour, n'a pas souhaité que les morts reviennent pour nous démontrer la survie dans l'au-delà? Cette question est très préoccupante pour plusieurs d'entre nous. Toutefois, à bien y penser, en se centrant uniquement sur l'au-delà, la vie humaine perd son sens. Notre foi en une après-vie trahirait alors la volonté divine qui est de transformer le monde.

La parabole de Lazare et du riche nous invite à comprendre l'au-delà différemment. L'au-delà proposé par Jésus n'est pas en premier lieu une survie par-delà la mort mais plutôt une manière autre d'édifier les sociétés: il s'agit de construire une civilisation fondée sur la justice sociale, le respect des droits des personnes situées dans une biosphère restaurée. En ce sens, il s'agit d'un "au-delà" de notre monde contemporain qui est structuré sur la concentration des richesses, la compétitivité, la performance, l'individualisme et la destruction de notre milieu.

Cet au-delà idyllique existe déjà en germe depuis la mort-résurrection de Jésus. Pour y participer, nous devons accueillir l'Esprit Saint. Cet accueil opère une conversion qui nous ouvre à l'autre et nous amène à combattre les injustices et tout ce qui entrave la vie. Cela résume Moïse et les prophètes. Or, comme le souligne le passage de Luc, si la Parole de Dieu n'est pas parvenue à modifier la voie des frères de l'homme riche, un revenant ne pourra aucunement nous dévoiler le chemin du bonheur.

La solidarité et l'amour sont les clefs pour réussir sa vie comme être humain, dès maintenant et... dans l'au-delà.

Patrice Perreault, bibliste
et agent de pastorale





Retour à la liste des textes


Adresser vos suggestions ou commentaires à unite-stjlp@netcourrier.com.
Retour à la page d'accueil unite-stjlp.qc.ca.